French English Retour Retour

Haïti, revivre après le séisme


Sophie Brändström

Les routes de la capitale ont été déblayées depuis quelques semaines, pourtant la ville reste comme figée, les maisons ayant conservé la forme que leur a donnée le séisme. Sur de nombreux bâtiments de la ville, on peut toujours lire, à côté d’une croix rouge, l’inscription « A démolir ». Tous les sinistrés ayant perdu leur maison ou qui ont trop peur de retourner y dormir s’entassent dans de minuscules tentes, regroupées dans des camps improvisés. Sur chaque bout de terrain, dans les rues, les jardins, sur les places ou les terrains de sport, des milliers de tentes sont ainsi sorties des décombres. Des tentes, le plus souvent construites de bric et de broc, des bâches qui protègent du soleil mais pas de la pluie ou des draps en guise de murs et de toits. Sur le 1,3 million de personnes sans abri à Haïti, plus de 700 000 sont à Port-au-Prince, installées dans plus de 400 campements. Des camps de fortune où les conditions de vie relèvent de la survie. Les sinistrés qui s’y entassent sont encore aujourd’hui très vulnérables avec un accès limité à l’assainissement, à l’eau et à la nourriture. Dans ces conditions, les maladies induites par la promiscuité et le manque d’hygiène prolifèrent. Et c’est sans compter l’arrivée d’ici quelques semaines de la saison des pluies qui risque d’aggraver la précarité de leur quotidien. Lorsque les premières pluies se sont abattues sur la ville, l’eau et la boue se sont déversées dans les camps, entrainant d’importants risques de glissements de terrain pour les quartiers situés à flanc de collines. texte Florence Priolet


 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288869

Vue du centre ville de Port au Prince détruit par le séisme du 12 Janvier 2010

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288377

Vue du centre ville de Port au Prince détruit par le séisme du 12 Janvier 2010

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288373

Vue du centre ville de Port au Prince détruit par le séisme du 12 Janvier 2010

Port au Prince Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288312

Un jeune a perdu sa jambe après le séisme du 12.Des milliers d'Haitiens doivent s'intégrer à la société avec leur nouvel handicap. Handicap International estime qu'il y a eu entre 2 et 4000 amputations depuis le séisme.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288282

Vue sur le quartier de carrefour Feuille de Port au Prince détruit par le séisme du 12 Janvier

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288050

Fort National, un des quartiers le plus détruit de Port au Prince

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288342

La vie s'installe sur les ruines du séisme.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288094

Vue des tentes à Pétion Ville, un quartier de Port au Prince. Il y a environ 1,3 millions de déplacés dont 700 000 vivent dans des tentes ou des abris de fortune à Port au Prince.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288223

Scènes de vie dans le campement de Pétion Ville, un quartier de Port au Prince. Environ 50 000 déplacés y vivent. Trois mois après le séisme, Il y a encore 1,3 millions de déplacés dont 700 000 qui vivent dans des tentes ou des abris de fortunes à Port au Prince.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288099

Scène de vie dans un campement de Port au Prince

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288859

Scènes de vie dans le campement de Pétion Ville, un quartier de Port au Prince. Environ 50 000 déplacés y vivent. Trois mois après le séisme, Il y a encore 1,3 millions de déplacés dont 700 000 qui vivent dans des tentes ou des abris de fortunes à Port au Prince.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288300

Des enfants jouent à la corde à sauter dans un des campements de Carrefour, un quartier de Port au Prince.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288272

Scènes de vie dans un campement de Port au Prince. Trois mois après le séisme, Il y a encore 1,3 millions de déplacés dont 700 000 qui vivent dans des tentes ou des abris de fortunes à Port au Prince.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288303

Des hommes jouent au carte dans un des campements de Carrefour, un quartier de Port au Prince.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288307

Des hommes et des enfants regardent la télévision dans un camp dans le quartier de Carrefour à Port au Prince.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288096

Scènes de vie dans le campement de Pétion Ville, un quartier de Port au Prince. Environ 50 000 déplacés y vivent. Trois mois après le séisme, Il y a encore 1,3 millions de déplacés dont 700 000 qui vivent dans des tentes ou des abris de fortunes à Port au Prince.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288225

Scènes de vie dans le campement de Pétion Ville, un quartier de Port au Prince. Environ 50 000 déplacés y vivent. Trois mois après le séisme, Il y a encore 1,3 millions de déplacés dont 700 000 qui vivent dans des tentes ou des abris de fortunes à Port au Prince.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288046

Une femme se lave dans la rue d'un campement dans le quartier d'Automeca à Port au Prince. La grande promiscuité qui règne dans les camps et la précarité des conditions de vie dans les camps, augmentent les cas de violences sexuelles.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288251

Scène de vie dans le marché du Camp de Golf à Pétion Ville, un quartier de Port au Prince. Il y a plus de 50 000 déplacés qui vivent dans ce camp avec la menace de glissement de terrain et d'innondation depuis l'arrivée de la saison des pluies.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288239

Deux enfants se promènent dans un camp de 50 000 habitants un dimanche matin après la prière.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288234

Scène de prière dans un camp dans un quartier de Port au Prince. On compte aujourd'hui 1,3 millions de déplacés en Haïti dont 700 000 vivent dans des camps de fortune à Port au Prince.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288305

Un pasteur et sa famille dans le campement de Carrefour dans un quartier de Port au Prince.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288275

Scènes de vie dans le campement de Pétion Ville, un quartier de Port au Prince. Environ 50 000 déplacés y vivent. Trois mois après le séisme, Il y a encore 1,3 millions de déplacés dont 700 000 qui vivent dans des tentes ou des abris de fortunes à Port au Prince.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288029

Un aide soignant pèse un bébé sous la tente installée par Médecins du Monde dans le quartier de Carrefour Feuille à Port au Prince. Depuis le séisme, il y a eu une forte augmentation de la malnutrition chez les enfants.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288034

Medecins du Monde apporte une aide psychosociale aux enfants qui ont souffert des pertes importantes durant le séisme du 12 janvier. Ils ont installé une tente dans le campement d'Automeca.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288042

Medecins du Monde apporte une aide psychosociale aux adultes qui ont souffert des pertes importantes durant le séisme du 12 janvier. Ils ont installé une tente dans le campement d'Automeca.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288038

Medecins du Monde apporte une aide psychosociale aux enfants qui ont souffert des pertes importantes durant le séisme du 12 janvier. Ils ont installé une tente dans le campement d'Automeca.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288358

Ouverture de l'école St Jean L'Evangéliste. Elle a été reconstruite en plywood et tôle ondulée sur l'emplacement de l'ancienne école.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288360

Ouverture de l'école St Jean L'Evangéliste. Elle a été reconstruite en plywood et tôle ondulée sur l'emplacement de l'ancienne école.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288865

Ouverture de l'école St Jean L'Evangéliste. Elle a été reconstruite en plywood et tôle ondulée sur l'emplacement de l'ancienne école.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288349

Ouverture de l'école St Jean L'Evangéliste. Elle a été reconstruite en plywood et tôle ondulée sur l'emplacement de l'ancienne école.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288260

Scène de vie dans le marché du Camp de Golf à Pétion Ville, un quartier de Port au Prince. Il y a plus de 50 000 déplacés qui vivent dans ce camp avec la menace de glissement de terrain et d'innondation depuis l'arrivée de la saison des pluies.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288302

Scéne de vie dans un camp du quartier de Carrefour à Port au Prince.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288229

Un homme se prépare a quitté le Camp de Golf à Piéton Ville pour s'installer dans un nouveau camp à 15 km de Port au Prince. Il campe dans une zone particulièrement exposée aux innondations.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288100

Un homme se prépare a quitté le Camp de Golf à Piéton Ville pour s'installer dans un nouveau camp à 15 km de Port au Prince. Il campe dans une zone particulièrement exposée aux innondations.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288107

L'acteur/réalisateur Sean Penn, qui a créé L'ONG JP/HRO, organise le transfert de 7000 personnes les plus menacées vers un nouveau camp, le camp Corail situé à 15 km au nord de Port au Prince.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288106

Camp de golf à Petion Ville est le plus grand camp de déplacés de Port au Prince. 60 000 y vivent quotidiennement menacés par les innondations avec l'arrivée de la saison des pluies. L'ONG JP/HRO créé par l'acteur/réalisateur Sean Penn organise le transfert de 7000 personnes les plus menacées vers un nouveau camp, le camp Corail à 15 km nord est de Port au Prince.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288280

Les seules affaires d'une famille ont été préparées pour être emmenées vers un nouveau Camp, Camp Corail à 15 km au nord de Port au Prince.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288105

Camp de golf à Petion Ville est le plus grand camp de déplacés de Port au Prince. 60 000 y vivent quotidiennement menacés par les innondations avec l'arrivée de la saison des pluies. L'ONG JP/HRO créé par l'acteur/réalisateur Sean Penn organise le transfert de 7000 personnes les plus menacées vers un nouveau camp, le camp Corail à 15 km nord est de Port au Prince.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288108

Camp de golf à Petion Ville est le plus grand camp de déplacés de Port au Prince. 60 000 y vivent quotidiennement menacés par les innondations avec l'arrivée de la saison des pluies. L'ONG JP/HRO créé par l'acteur/réalisateur Sean Penn organise le transfert de 7000 personnes les plus menacées vers un nouveau camp, le camp Corail à 15 km nord est de Port au Prince.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288109

Camp de golf à Petion Ville est le plus grand camp de déplacés de Port au Prince. 60 000 y vivent quotidiennement menacés par les innondations avec l'arrivée de la saison des pluies. L'ONG JP/HRO créé par l'acteur/réalisateur Sean Penn organise le transfert de 7000 personnes les plus menacées vers un nouveau camp, le camp Corail à 15 km nord est de Port au Prince.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288120

Camp de golf à Petion Ville est le plus grand camp de déplacés de Port au Prince. 60 000 y vivent quotidiennement menacés par les innondations avec l'arrivée de la saison des pluies. L'ONG JP/HRO créé par l'acteur/réalisateur Sean Penn organise le transfert de 7000 personnes les plus menacées vers un nouveau camp, le camp Corail à 15 km nord est de Port au Prince.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288194

Des deplacés voisins sont venus voir les premières familles à arriver au camp Corail à 15 km de Port au Prince. Ce camp qui a une capacité d'accueil de 20 000 personnes a été installé afin d'y accueillir la population la plus menacée par la saison des pluies.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288180

Camp Corail, à 15 km au nord de Port au Prince, les premiers déplacés attendent l'attribution de leurs tentes. Ils viennent tous du Camp de golf, un camp menacé par les innondations de la saison des pluies.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288163

Camp Corail, à 15 km au nord de Port au Prince, les premiers déplacés attendent l'attribution de leurs tentes. Ils viennent tous du Camp de golf, un camp menacé par les innondations de la saison des pluies.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288182

René Préval est venu accueillir les premiers déplacés qui ont été transféré du camp de golf à Pétion Ville vers le Camp Corail à 15 km au nord de Port au Prince. Ce transfert est le premier de plusieurs afin de protéger les déplacés des innondations de la saison des pluies.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288195

Les premiers déplacés s'installent au Camp Corail à 15 km au Nord de Port au Prince. Ce camp a été entièrement aménagé pour accueillir 20 000 personnes. Les déplacés reçoivent de la nourriture pour 15 jours et 50 dollars si ils restent 15 jours.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288192

Une jeune fille regarde le Camp Corail. Elle fait parti des premiers déplacés vers ce camp qui peut accueillir 20 000 personnes à 15 km au nord de Port au Prince. Haïti se prépare à l'arrivée de la saison des pluies et à la reconstruction.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288199

Une des premières famille à arriver au camp Corail à 15 km de Port au Prince. Ce camp qui a une capacité d'accueil de 20 000 personnes a été installé afin d'y accueillir la population la plus menacée par la saison des pluies.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288200

Une des premières famille à arriver au camp Corail à 15 km de Port au Prince. Ce camp qui a une capacité d'accueil de 20 000 personnes a été installé afin d'y accueillir la population la plus menacée par la saison des pluies.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288216

Une des premières famille à arriver au camp Corail à 15 km de Port au Prince. Ce camp qui a une capacité d'accueil de 20 000 personnes a été installé afin d'y accueillir la population la plus menacée par la saison des pluies. La famille reçoit de la nourriture lyophilisée et 50 dollars si elle reste au moins 15 jours dans le camp.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288196

Camp Corail est un nouveau camp situé à 15 km de Port au Prince. Il a une capacité d'accueil de 20 000 personnes. A terme une école y sera installée.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288076

Délice, 32 ans avec son fils de trois ans au centre de soin de Médecins du Monde à Jérémie. Elle a quitté Port au Prince avec trois de ses enfants. Son mari, blessé par le tremblement de terre est resté avec leur fille de 12 ans. Délice vit à Jérémie dans une maison avec 15 autres déplacés.

Jérémie, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288084

Centre de soins de Médecins du Monde à Jérémie à la Grande Anse. Il y a environ 600 000 déplacés qui ont fui la capitale. Les cas de malnutrition ont fortement augmenté depuis le séisme.

Jérémie, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288082

Ika, 54 ans, attend avec sa femme au centre de soins de Médecins du Monde à Jérémie à la Grande Anse. Leurs deux petits-enfants souffrent de malnutrition aigue. Après le séisme, leur fille est venue de Port au Prince avec ses deux enfants. Sa maison s’est effondrée et elle a subi un gros traumatisme. Avant le séisme, c’était leur fille qui leur envoyait de l’argent, mais aujourd’hui elle est devenue une charge pour eux. Ils sont 9 dans leur maison. Pour survivre ils cueillent des feuilles et des racines.

Jérémie, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288079

Centre de soins de Médecins du Monde à Jérémie à la Grande Anse. Il y a environ 600 000 déplacés qui ont fui la capitale. Les cas de malnutrition ont fortement augmenté depuis le séisme.

Jérémie, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288265

Scènes de vie dans le campement de Pétion Ville, un quartier de Port au Prince. Environ 50 000 déplacés y vivent. Trois mois après le séisme, Il y a encore 1,3 millions de déplacés dont 700 000 qui vivent dans des tentes ou des abris de fortunes à Port au Prince.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288267

Un enfant regarde la télévision par un trou. Certains ont monté un business payant de 'cinema' dans les camps.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288269

Scènes de vie dans le campement de Pétion Ville, un quartier de Port au Prince. Environ 50 000 déplacés y vivent. Trois mois après le séisme, Il y a encore 1,3 millions de déplacés dont 700 000 qui vivent dans des tentes ou des abris de fortunes à Port au Prince.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288263

Scènes de vie dans le campement de Pétion Ville, un quartier de Port au Prince. Environ 50 000 déplacés y vivent. Trois mois après le séisme, Il y a encore 1,3 millions de déplacés dont 700 000 qui vivent dans des tentes ou des abris de fortunes à Port au Prince.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288366

Les déplacés du Grand Stade de Port au Prince se sont installés à l'extérieur du stade.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288440

Elias Fara Matador, journaliste à Radio Ibo interview des enfants dans le camp du Champ de Mars

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288362

Des milliers d'Haitiens doivent s'intégrer à la société avec leur nouvel handicap. Handicap International estime qu'il y a eu entre 2 et 4000 amputations depuis le séisme.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288337

Des enfants se lavent devant la Cathédrale Notre Dame dans le centre de Port au Prince

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288368

"Cash for work", soit "argent contre travail". C’est le nom de ce projet organisé par le Programme des Nations unies pour le développement. Son objectif : renforcer le travail de nettoyage commencé spontanément par les comités de quartiers. Les journaliers sont payés au salaire minimum soit 180 gourdes par jour plus un repas (3,6 euros). Au final, l’ONU vise des retombées économiques pour un millier d’Haïtiens.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288056

Deux jeunes commencent à nettoyer leur maison dans le quartier de Fort National, un des quartiers de Port au Prince qui a été le plus détruit.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010

 

Sophie Brändström / Picturetank BRS0288866

Vue de Port au Prince.

Port au Prince, Haïti - 12/04/2010



top